30/06/2012

Techno veteran Jean Michel Jarre: Let me light up Edinburgh Castle




Fri 03 Sep 2010


      


A pioneering DJ whose music gave rise to the likes of Tiesto, Fatboy Slim and Daft Punk, has vowed to wow Scottish audiences when he visits Glasgow’s Braehead Arena this October.
Jean Michel Jarre, who released his first dance album in 1969, is famed around the world for his awe inspiring live-shows that incorporate a mix of light, lasers and his own early brand of techno music.
Famous world landmarks such as the Pyramids and Eiffel Tower have all been transformed into dance venues by enigmatic Frenchman Michel Jarre and he now has his sights set on our own architectural splendours, starting with Edinburgh Castle.

He said: “I truly love and enjoy Scotland. I love the mood and the pace of the place, and there are historically lots of links between France and Scotland.

“I love Edinburgh and the Festival over there, so playing the Castle would definitely interest me. It’s a great great venue. I’m up for it.”


The 62-year old Frenchman has been producing his unique brand of ‘Electro orchestra’ for over 40 years, and is perhaps most fondly remembered for playing a gig to 3.5 million people in Moscow in 1997 – still a world record for most people at an outdoor solo gig.

Although the technology and music may have moved on since Michel Jarre’s prime, the godfather of modern dance holds today’s artists in high regard.

He added: “Electronic music is not just a fashion it’s a way of writing, composing and performing music.

“The electronic dance scene in France is quite strong just now with Air and Daft Punk. I also really like the Chemical brothers, Underworld and La Roux.”

A lifetime achievement award from MOJO magazine in 2010 proves Michel Jarre is still relevant in today’s music circles, and the pioneering keyboard player has no plans to hang up his ‘synthesisers’ just yet.

He continued: “An artist has one thing to say throughout his life, and he is constantly trying to improve how he says this.

“I’m still not satisfied with what I’ve done and I’m still trying to improve myself. This is the reason of this world tour.”

Source: programmes

Jean Michel Jarre: I would like to do a big outdoors project in Scotland



Extended video interview with Jean Michel Jarre ahead of his Braehead concert in October.
By John Kilbride
03 September 2010

       )


Music star Jean Michel Jarre says that he would love to bring one of his big outdoor projects to Scotland.

The keyboard superstar is one of the world's biggest musicians, and has over his career not only sold millions of records and played some of the biggest and most spectacular concerts in history, and pioneered the use of electronic music and synthesisers. He has played in front of some the biggest audiences in the world, with 3.5 million attending an open-air concert in Moscow and a crowd of 2.5 million at his show in Paris La Defense.
Speaking to STV's John Kilbride, he discussed his 1988 London Docklands concert, and how Glasgow offered to stage the show when it was hit by uncertainties as to whether the event that attracted 200,000 people would take place.

He said: "The concert was refused at the last minute, I think because of a mistake by the promoter not having done the entertainment license early enough, and I went to the media and said: 'Give me a venue and I'll be able to play' and at that stage lots of people, the Royal Navy proposed a boat, lots of people proposed the back of their garden and lots of different cites said

'You should forget London and come to us'

"That was the case of the city of Glasgow and they really welcomed me in a very special way I will never forget but in the end of the day everything went OK in London and we did the docklands, but I would like to one day do a big outdoors project in Scotland."
October sees him playing at Braehead Arena, part of his 2010 tour sees him play arena-sized venues around Europe, and he says that playing arena sized venues are a great opportunity.

He said: "I am bringing the magic of my outdoor concerts into a more controlled space, something that I probably couldn't have done a few years ago because the venues were not there. The technology was not there.

"Everything is going to be played really live, with no pre-recorded or pre-mixed things and no computers on stage. I really want to get this challenge of having a live performance with electronic music in days when so many acts are pre-recorded, pre-mixed and using a lot of computers, so that makes it really dynamic, fresh and with a dynamic sound."

He added: "I love the idea of putting all the energy of an outdoor concert into a more controlled stage, even a big space like the arena in Glasgow, to share this total immersion feeling that you can't have really outdoors and not depending on the wind or rain."

Asked what brought his back to Scotland for the third time in recent years he said: "It's first of all because I love Scotland, I love the vibes of this country, from the French point of view we have historically lots of links with Scotland, and it is a country that is traditionally open to new musical experiences and music in general, even much more than France - being a country more linked with literature - but I love the colour of Scotland and the sound of Scotland.

Not only bagpipes, but I love the contrast between the deep colours and the deep souls and the energy and I really hope the Scottish audience will enjoy this new project of mine as much as we are excited to be in Scotland on the third of October."


Source:  entertainmen

English hackers admit tampering with Jean Michel Jarre's ice-cold synths

Two English hackers yesterday admitted infiltrating Jean Michel Jarre's electronic instruments mid-concert and replacing his music with a German oom-pah-pah beat.

Ryan Cleary, 20, and Jake Davis, 19, pleaded guilty to Interfering With The Beats of An Established Recording Artist At The Height of His Powers, a crime that carries a minimum sentence of seven years.

Jarre's concert in Paris was thrown into chaos in 2009 when the two hacked into his set and swapped it for a series of fast-paced traditional German tunes.

CCTV footage shows waves of confused concert-goers at first bouncing to Jarre's music before violently dipping their knees and bobbing up and down as the oom-pah-pah kicks in.

Dozens of members of the public were treated for heat exhaustion as the pace became increasingly frantic and people were knocked over.

The pioneer of electronic music put his hands on his head in horror and was heard to shout: "My synths, my ice-cold synths. What have you done?"

He attempted to switch to a stand-by keyboard but found that instead of it being loaded with his own tracks, it merely played a traditional bossa nova beat recorded on a Bontempi organ.

The hackers also tampered with a back-projected film made for the concert, replacing an artfully directed montage of ice floes and rainforests with a screening of the Ted Danson film Getting Even With Dad.

Cleary and Davis have also pleaded guilty at Southwark Crown Court to plotting to bring down high-profile websites and hack into the computers of government agencies, media companies and IT security firms.

Jarre is also suing the Britons, whom he says wiped out his entire back catalogue on the night of the gig, leaving him only with Bavarian ditties to play at gigs.

Source: the-daily-news

Tuesday, June 26, 2012

29/06/2012

Microsoft applies to patent gesture-based MIDI interface, turn us all into Jean Michel Jarre

posted Jun 15th 2012 


Microsoft has applied to patent a free-space gesture controller for a MIDI interface that could see you kicking out jams on invisible instruments. Using a Kinect-style depth camera, individual movements would be mapped to notes and played out by the games console observing the action. The company actually teased a similar function in its Kinect Effect advert, where it showed cellists, violinists and pianists all miming in front of the sensor, although we doubt the technology is at a sufficiently capable stage just yet. If granted, it means we could see plenty of intentional arm-waving in future music games, or an even more outrageous stage show from the world's most beloved Gallic synth maven.

 source: USPTO

28/06/2012

MIĘDZYNARODOWE CENTRUM SŁUCHU I MOWY INSTYTUTU FIZJOLOGII I PATOLOGII SŁUCHU


Jean Michel Jarre Der Ausnahmekunstler



Charlotte Rampling - WEBSITE


 Wikipedia En: Charlotte_Rampling



Wikipedia Fr: Charlotte_Rampling




Official website dedicated to Charlotte Rampling: charlotterampling

CHARLOTTE RAMPLING - PHOTO

On location, 1965


Out on the town, 1967


Dressed to thrill, 1967

Smith Street, 1968


In London, 1971



Vogue shoot, 1971



Being photographed by Eve Rudling, 1975


With Jean-Michel, 1976


Hollywood, 1976


At home in Paris, 1982

With Jean-Michel, 1989


Oxygene launch, 1997
Cannes, 2001
 Son, Barnaby [29], stepdaughter, Emilie [26], and son, David [24]

Source: charlotterampling

Metronomy curates Late Night Tales compilation

Thursday, June 21, 2012 at 6:35 AM

 Experimental pop outfit Metronomy have curated the latest Late Night Tales compilation. The Joseph Mount led group's edition will open with the OutKast track "Prototype", from the 11 times platium double-album, Speakerboxxx/The Love Below. It will also include cuts from: Cat Power, Pete Drake, Alessi Brothers, The Alan Parsons Project and more.
Metronomy's exclusive contribution to the effort will be a cover of Jean-Michel Jarre’s "Hypnose". According to the official description from the label, the release is "a maze rather than a journey". Preview the comp. and find its full tracklisting below. Look for the record to drop September 3rd.


Tracklist
1. OutKast – Prototype
2. Tweet – Drunk
3. SA-RA Creative Partners – Cosmic Ball
4. Chick Corea – El Bozo
5. Dr Octagon – Blue Flowers
6. Lonzo & The World Class Wreckin Cru – Cache Vocal
7. Metronomy – Hypnose (Exclusive Jean Michel Jarre Cover Version)
8. Alessi Brothers – Seabird
9. Autechre – Fold4,Wrap5
10 Mick Karn – Weather The Windmill
11. The Alan Parsons Project – Eye In The Sky
12. Geneva Jacuzzi – Love Caboose
13. Two Lone Swordsmen – You Are…
14. Tonto’s Expanding Head Band – Cybernaut
15. Pete Drake – Forever
16. Appaloosa – The Day (We Fell In Love)
17. Kate & Anna McGarrigle – Complainte Pour Ste Catherine
18. Herman Dune – Winners Lose
19. Cat Power – Werewolf
20. Paul Morley – Lost For Words Pt.4 (Exclusive Spoken Word Piece)


video




Source: fakewalls

Jean Michel Jarre expose à la Maison européenne de la photographie à Paris du 27 juin au 26 août 2012

Charlotte Rampling, l'ex-femme de Jean Michel Jarre expose à la Maison européenne de la photographie à Paris du 27 juin au 26 août 2012 ses photos, où elle dévoile une partie de ses voyages et de son intimité.

 Photos prises le 25 juin 2012

Source: jeanmicheljarre

Charlotte Rampling, 2011

Charlotte Rampling, Paris 2011 © Youssef Nabil / Courtesy Galerie Nathalie Obadia, Paris/Bruxelles
Source: www.evene.fr/culture

Youssef Nabil: youssefnabil

Charlotte Rampling at the Maison Européenne de la Photographie

Charlotte Rampling, by Pierre et Gilles
Charlotte Rampling, by Helmut Newton, Paris 1982

Charlotte Rampling - Maison Europeenne de la Photographie

© Peter Lindbergh
© Helmut Newton Estate. Collection MEP, Paris
























Autour de l'exposition

Visites : Des visites commentées de l’exposition sont proposées
• Pour les groupes scolaires (à partir du collège), du mercredi au dimanche de 11h à 20h, sur réservation.
• Pour les groupes d’adultes, du mercredi au dimanche de 11h à 20h, sur réservation.
• Pour les abonnés et les individuels, le samedi 7 juillet à 15h / le jeudi 19 juillet à 18h, sur réservation.
Pour plus d’informations, reportez-vous à la rubrique "Les visites et conférences".



Source: mep-fr

adresse
Maison Européenne de la photographie
5/7 rue de Fourcy
75004 Paris

date(s) et horaire(s)

du 27 juin au 26 août
du mercredi au dimanche
de 11h à 20h

Charlotte Rampling - Albums secrets

du 27 juin au 26 août Paris, Maison Européenne de la photographie


Henry Chapier vous présente l'exposition :
Sur la planète des stars la personnalité de Charlotte Rampling n’a cessé d’être entourée de ce mystère que reflète l’étrangeté énigmatique de son regard.
L’annonce de la triple exposition que lui consacre la Maison Européenne de la Photographie à partir du 26 juin prochain intrigue à juste titre le monde des médias, de la presse spécialisée, et bien au delà celui des amoureux de cet être exceptionnel qui a su faire de son parcours professionnel multiple – comme de sa propre vie – un art.
Après avoir marqué de son empreinte le cinéma, le théâtre, et la chanson, Charlotte Rampling dévoile sa relation originale avec l’univers de la photo où elle joue tout à la fois le rôle d’une muse pour les plus grands artistes, et celui d’une tête chercheuse déterminée à débusquer à travers les collections de la Maison Européenne de la Photographie les auto-portraits les plus saisissants des célèbres photographes…


Pour son propre travail centré sur sa vie intime, Charlotte Rampling ouvre les pages de son album consacrées à la petite enfance, à ses adolescents qu’elle a vu grandir, images qui expriment un hymne à la vie, et aussi l’appétit de ses voyages vécus en Extrême-Orient à l’époque où la Chine ou le Japon n’étaient pas encore des escales fréquentées, le tout ponctué par une trame sonore et musicale signée Jean-Michel Jarre.
Du côté des photos pour la première fois rassemblées on découvrira celles de Cecil Beaton, Bettina Rheims, Helmut Newton, Alice Springs, Paolo Roversi, Peter Lindberg, sans oublier Pierre et Gilles, chacune contenant sa part de surprise et de choc - comme c’est également le cas pour Jürgen Teller.
Enfin au niveau des autoportraits choisis dans les collections de la Maison Européenne, Charlotte Rampling a retenu notamment ceux de Larry Clark, Ralph Gibson, Marie-Laure de Decker étant entendu que cette sélection n’est pas close à ce jour.
Vivement le 26 Juin !

Commissaire d'exposition : Jean-Luc Monterosso
 
Photo : Charlotte Rampling, Paris, 1986 © Alice Springs, Collection Maison Européenne de la Photographie, Paris

Source: charlotte-rampling-albums-secrets

27/06/2012

Jean Michel Jarre - "Hong Kong", 1995 Singer: Miranda (Fiona Commins de Montaignac)

video


Jean Michel Jarre - "Hong Kong", 1995 Singer: Miranda (Fiona Commins de Montaignac)

Fiona Commins: Fiona+Commins

Lyrics:

How old are you ?

Four billion years ago,
I saw the earth in its liquid state.
Three billion years ago,
I breathed in an atmosphere devoid of oxygen.
One billion years ago,
I saw the first fish.
How old are you ?

2. Qu'est-ce que l'amour?

Inclination d'une personne pour une autre,
Les caracteres passionels et ou sexuels,
Liaison,
Aventure amoureuse, sentimentale, galante,
Qu'est ce que l'amour ?
Qu'est ce que l'amour ?

3. Where are you going?

On earth, 250 000 chidren are born per day
You are what you think at this moment
50 000 heartbeats per second
Today your speed of rotation on earth
has been of 1600 kilometers an hour
Where are you going ?

4. Sale of the Century

One blue telephone,
A pressure cooker,
A ventilator,
Four bars of chocolate,
Six pairs of socks,
A yellow clock,
A pink scooter,
A box of condoms,
One baby leopard,
A pot of jam,
A safety pin,
An iron,
A wet shoe,
A camera,
One ton of peanuts,
A black bra,
A silver fork,
A typewriter,
An electric train,
Three tons of strawberries,
strawberries,...
...strawberries !...

JEAN MICHEL JARRE - BIOGRAPHY

Concert écolo de Jean-Michel Jarre en plein désert

Sous un déluge de feux d'artifices et de rayons laser, le musicien français Jean-Michel Jarre a marié samedi soir musique occidentale et marocaine au pied des dunes de sable de Merzouga (sud-est du Maroc) pour alerter sur les graves conséquences de la raréfaction de l'eau.







Sons et images
 

Des images impressionnantes sur le manque d'eau ont été projetées sur 7 écrans géants, alors que les synthétiseurs produisaient une musique électro-acoustique qui dominait les instruments des musiciens marocains accompagnant le groupe de Jean-Michel Jarre






Désolation
 

Sur un écran, un joueur invisible tire une balle de golf. Moins d'une seconde plus tard, sur un autre écran géant, ce sont des dizaines d'oranges qui tombent à terre laissant leur oranger dans une désolation renforcée par le teint noirci du tronc et des branches.






Slogans chocs  

"Un enfant meurt toutes les 17 secondes par manque d'eau", a lancé Jean-Michel Jarre aux spectateurs venus de toute la région d'Errachidia assister à son concert nocturne aux portes du désert. "Un parcours de golf en Arizona consomme en un jour plus d'eau que n'en consomme la ville de Fès en un mois", a-t-on pu lire sur l'un des sept écrans magiques du concert.
Conscientiser
 

"Le manque d'eau tue plus que la guerre", a souligné samedi Jean-Michel Jarre lors d'une conférence de presse. "Notre rôle à nous intellectuels, saltimbanques, artistes, c'est d'être des hauts parleurs", a-t-il ajouté en louant les actions de l'ONU et de l'Unesco, dont il est ambassadeur de bonne volonté depuis 1993.

Guerre pour l'eau
 

Jarre a eu aussi recours aussi à la satire: "si le président (américain George W.) Bush savait que l'eau était plus précieuse que le pétrole, c'est le Canada qu'il aurait occupé et non pas l'Irak", a-t-il lancé aux spectateurs à Merzouga.

Milliers de spectateurs
 

"Water for life" ou "l'eau source de vie", est le slogan retenu par Jean-Michel Jarre pour son concert retransmis en direct par la télévision. 5.000 à 6.000 spectateurs ont assisté à ce concert. Ce gros spectacle a été une occasion pour "tenter de faire parvenir des messages sur le problème numéro un de la planète, celui de l'eau", a déclaré Jean-Michel Jarre reprenant un thème que le Programme des Nations Unis pour le développement (Pnud) avait retenu pour l'année 2006.

Tourisme
 

La population du sud-est marocain a accueilli favorablement le concert de Jean-Michel Jarre, également pour ses éventuelles retombées touristiques. "Avec les étrangers qui se sont déplacés jusqu'ici, il fera davantage connaître notre région et y encouragera le tourisme", a estimé Moha Errich, un responsable local du ministère du tourisme. "Mais les auberges veulent et doivent garder le cachet local car si un promoteur s'amuse à ériger ici un hôtel cinq étoiles, aucun touriste ne frappera à sa porte", a-t-il ajouté. Jean-Michel Jarre a de son côté prévenu contre "le tourisme de masse" à Merzouga, lieu de transition entre les oasis vertes et les premières dunes du désert.


video

26/06/2012

Jean-Michel Jarre : Clavier Maître

Commentaires fermés 05 octobre 2010

Après avoir croisé son épouse Anne Parillaud en septembre à la Thalassa Sea and Spa du Touquet Paris Plage, nous avons rendez-vous avec Jean Michel Jarre au Zénith Sud à l’autre bout de la France. Chic dans son intemporel costume noir, décontracté sur un siège coque rouge où il se prête volontiers au jeu des questions réponses, Jean Michel, toujours très professionnel, est déjà en repérage pour la partie automnale de cette tournée française inédite, qui passera à Montpellier le 10 décembre 2010. Entre un verre d’eau, un mot gentil pour un fan et un avion pour Beyrouth, Jean Michel nous dit l’essentiel sans lasser.

Bonjour Jean Michel, pas trop fatigué après ces quelques jours de promotion à sillonner la France ? 
 Non non ça va merci. Pour moi, c’est toujours un plaisir. Je redécouvre des lieux dans un format plus intimiste que les grands espaces auxquels je suis habitué. C’est d’ailleurs un patrimoine français exceptionnel dont on n’a pas toujours conscience que l’existence de ces salles type Zénith. Je m’en suis d’autant plus rendu compte en voyageant à l’étranger. Ce que je suis venu proposer au public français, c’est un spectacle spécialement conçu et adapté à chaque Zénith pour en faire un show unique et certainement pas le truc formaté où tu appuies sur le même bouton dans toutes les salles.

Vous connaissiez Montpellier ? Justement non. J’étais venu il y a très longtemps à titre personnel mais je n’ai jamais eu l’occasion de découvrir plus longtemps ou de m’y produire. Pour moi, Montpellier apparait comme une ville dynamique avec notamment une population étudiante importante, une ville en mouvement, une ville de passage aussi. Je suis enjoué à la perspective de ce concert. Ce n’est pas courant dans le métier, mais je visite les salles au préalable avant de jouer, pour adapter le mieux chaque spectacle aux spécificités du lieu. Les qualités techniques de la salle m’ont intéressé d’ailleurs aujourd’hui.

Nous sommes allés visiter votre site et votre blog, régulièrement nourri de textes et de photos, qu’on vous voit uploader avec votre téléphone entre 2 loges ou 2 avions. Jean Michel, êtes-vous un geek? Ha ha oui on peut dire ça sûrement. On me dit souvent que j’ai inventé tel ou tel type de musique électro acoustique ou électronique mais je crois bien qu’on pourrait dire aussi que je suis le prototype du geek, le type pour lequel le mot a été inventé peut être ! Je suis toujours à l’affût de l’information, de la nouvelle technologie. J’en ai vu des évolutions depuis l’époque du Groupe de Recherches Musicales et ses vieilles bandes magnétiques… Et puis là, ces derniers temps, je me suis investi dans un projet technologique avec AeroSystem One®, la première production de Jarre Technologies®.

Alors, ça y est, c’est officiel c’est lancé ? Pour le moment, on n’avait vu que les images sur un site anglais… Oui ça y est, je suis même passé au journal de 20 H pour en parler hier. Il me plait bien, en acier et en verre. Car c’est un bel objet, vous verrez. On va pouvoir trouver un équivalent à ce que représentait la belle chaine HiFi dans le salon de la demeure familiale autrefois, avec une qualité qui suit aussi au niveau technique. C’est un des sens de ma démarche, la charge émotionnelle du vecteur qu’on choisit pour diffuser sa musique, et qu’on perd un peu parfois avec certaines nouvelles technologies.

En ce qui me concerne, effectivement j’ai découvert votre musique sur un disque vinyl tournant sur la belle platine trônant devant un confortable fauteuil en cuir…. A ce sujet, avant de venir vous rencontrer, j’étais au téléphone avec ma mère, la propriétaire de ce disque, et elle se demandait quelle était la source de votre inspiration, car elle lui semble se perpétuer indéfiniment à travers le temps ? Hum… mon inspiration se nourrit tout simplement de ma vie, des sons de la vie… cela peut être le son de votre voix lors de notre conversation, celui des moteurs de l’avion que je prendrais tout à l’heure, les bruits de villes que je traverse. Mon inspiration provient en bonne partie de mon oreille. C’est comme une collection de petits bouts de bandes sonores virtuelles.

Il n’y a pas eu d’album récent, vous avez traversé une période difficile? Oui c’est vrai, j’ai vécu le décès de mon père, puis de ma mère et d’un de mes proches collaborateurs sur le plan professionnel. Ça a été difficile, personnellement et professionnellement et bien sûr ça a retardé mes projets, notamment l’album qui était prévu en 2010. En même temps, voilà, ça me donne le temps d’expérimenter live ce que je vais pouvoir incorporer à l’album. C’est ce que je fais sur la tournée actuellement.

Il y a quelque chose, un message que vous avez envie de transmettre aux enfants de vos premiers auditeurs ? Par exemple à nos lecteurs qui ont offert une place pour votre concert du 10 décembre à leurs parents et qui hésitent encore, à en acheter une pour eux-mêmes ? Vous savez c’est marrant, j’étais en Norvège fin août pour, un concert avec Röyskopp et la moyenne d’âge du public était de 18/19 ans. Je ne crois pas que mon public ait un âge défini. Je n’ai jamais été un type «branché», dans mon labo musical à mes débuts, puis avec mes albums planants à l’époque de la disco…. Je suis comme tout le monde soumis, aux contraintes de l’âge physiologique mais sinon après l’âge…qu’est-ce que ça veut dire au juste ?

Vous aviez pensé à Vitalic ou Sébastien Tellier pour vous accompagner sur cette tournée, donc…. à L’Eurovision vous étiez plus Tellier que Patricia Kaas ? La démarche de Sébastien Tellier à L’Eurovision était tout à fait singulière, un monument d’humour, un jusqu’au-boutisme incroyable, inscrite dans la logique d’un personnage que j’aime beaucoup, attachant comme sa musique. Alors Tellier oui mais l’Eurovision alors non, certainement pas !

 Interview : Céline Floret / Photo : Eric Canto


Source: focus-magazine

Une conversation enregistrée quelques jours avant la mort de son père, Maurice Jarre.

Vous allez bientôt vous produire à Forest National. Pour vous, par rapport aux pyramides ou à la muraille de Chine, jouer à Forest National, c’est comme jouer dans le jardin du voisin, non?

Jean-Michel Jarre. - C’est vrai, mais c’est ça qui est intéressant. Se dire que la plus grand salle de Bruxelles devient intimiste. C’est ça qui m’amuse, ce jeu d’échelle que je vais intégrer à la scénographie.

Etes-vous dans la vie, comme sur scène, un homme-happening?

Qu’entendez-vous par là?

Etes-vous un homme surprenant?

Ce serait très présomptueux de ma part de le dire, il faut demander à mon entourage. J’aime bien l’idée de ne pas répéter les choses…

Qu’est-ce qu’elle en pense, votre femme?

Apparemment, ça a l’air de lui convenir, so far…

Votre femme qui s’appelle Anne Parillaud…

Exactement.

Que pensez-vous de la chirurgie esthétique pour les hommes?

Heu... Je ne suis aujourd’hui contre rien à partir du moment où les gens se sentent bien dans leur peau. C’est une question personnelle. Maintenant, l’exploitation qui en est faite, l’idée que ce soit un passage obligé pour avoir sa place dans la société, c’est dangereux. Qu’on nous impose une image à laquelle il faudrait ressembler, c’est difficile pour les femmes, et ça va l’être de plus en plus pour les hommes dans les années à venir.

Avez-vous déjà eu recours à la chirurgie esthétique?

Non, pas du tout. J’ai la chance d’avoir un capital génétique qui n’est pas trop mauvais. Je sais qu’il y a des gens à Paris qui se vantent d’avoir fait des choses sur moi…

Ah bon? Il y a des chirurgiens qui vous utilisent comme carte de visite?

Oui, c’est ce qu’on m’a rapporté. Ce qui a beaucoup fait réagir ma mère qui tient absolument à garder le contrôle et la responsabilité absolus de l’état dans lequel je me trouve aujourd’hui.

Et votre maman vous a engueulé!

Non, elle ne m’a pas engueulé mais elle trouve ça fort que des gens puissent dire ça. Pour elle, je tiens à affirmer haut et fort que je ne suis passé dans aucun cabinet de chirurgie esthétique. Mais si c’était le cas, je le dirais. Une fois de plus, c’est une question personnelle, chacun fait ce qu’il veut.

Ça veut dire que vous avez peut-être vendu votre âme au diable, parce que vous êtes quand même encore bien fichu pour votre âge!

Je vous dis, c’est essentiellement un problème génétique. Ma mère a 94 ans, elle n’a pratiquement pas de rides et elle est en pleine forme.

Quels sont vos rapports avec la presse people?

Ils ne sont pas mauvais. Comme une grande partie de l’Europe le sait, j’ai été victime de la presse people il y a quelques années, mais elle s’est plutôt bien conduite avec moi…

Elle vous a quand même bien cherché à l’époque de votre relation avec Isabelle Adjani…

Ah, totalemen ! Elle m’a non seulement bien cherché mais aussi bien trouvé. J’avais des paparazzi jusqu’au fond de mes placards…

C’était malin de sortir avec Adjani!

On ne peut pas dire les choses comme ça… C’est quelque chose qui m’a beaucoup heurté. Je me suis gardé de faire tout commentaire, et je n’en ferai pas plus aujourd’hui. C’était un non-événement. Quand on reste un an avec quelqu’un, qu’on n’a pas d’enfant, ça ne veut pas dire grand-chose… Mais tout ça est bien loin derrière moi, c’est de la préhistoire personnelle.

J’imagine que c’était important de vous réconcilier avec votre père?

Très important. J’ai beaucoup souffert dans la première partie de ma vie de cet éloignement, de cette béance qu’il y avait entre mon père et moi qui, heureusement, s’est comblée au fil du temps.

Source: www.moustique

Fanzine spécial Oxygène au Théâtre Marigny - Aerozone-mag




Une occasion l'Anniversaire Du fourth Des concerts de Jean Michel Jarre au Théâtre Marigny, aerozone-mag news Vous Offre fils premier supplément au format PDF AVEC De Superbes photographies Couleurs Et Des TEXTES rédigés nominale ventilateurs. Les DANS fel de Il Est l'esprit "fanzine" et Nous esperons qu'il vous plaira.






15/06/2012

(extrait d'Oxygène n° 1, janvier 1998)

http://oxygenejmj.free.fr/magazine/images/mosc-tit.jpg

Après s'être lancé un nouveau défi avec la tournée Oxygène Tour, sa première tournée en salle, Jean Michel Jarre est revenu à ses premières amours et nous a offert le 6 septembre dernier l'un de ses concerts d'un soir dont il a le secret et qui ont fait sa renommée internationale.
Ce spectacle est considéré comme l'un des plus impressionnants jamais conçu par Jean Michel Jarre et a attiré près de 3,5 millions de spectateurs !

La fin du suspense

C'est le 19 août dernier, lors d'une conférence internationale à Moscou, en présence de toute la presse et du maire de la ville, Youri Loujkov, que Jean Michel Jarre a officialisé la rumeur qui circulait depuis déjà quelques mois chez les fans : après Paris en 95, Moscou allait être à son tour le théâtre d'un méga-concert en extérieur. Ce concert s'inscrivait dans le cadre des festivités célébrant le 850ème anniversaire de la ville, et venait concrétiser une commande du maire de Moscou, louant les qualités de Jean Michel Jarre, « reconnues dans le monde entier » ainsi que sa musique, qui prodigue un sentiment « de joie et de philosophie ». Jean Michel Jarre s'est estimé « très honoré » d'avoir reçu une telle commande, et comptait bien « réaliser un de ses plus ambitieux projets et un vieux rêve », en jouant dans le pays natal de son arrière grand-père. Jean Michel Jarre ne souhaitait pas réaliser un « son et lumière historique et didactique » mais son but avoué était de « faire un concert qui soit à la fois un événement civique, ludique et commémoratif », en impliquant les artistes locaux. Le maire de Moscou attendait de cet événement grandiose et sans précédent, véritable clé de voûte des festivités, qu'il attire un grand nombre de visiteurs, faisant ainsi de Moscou le centre du monde pendant la semaine de célébration qui devait également voir se produire Lucciano Pavarroti et David Copperfield.

Le site du piratage


Le spectacle s'est déroulé au pied de l'Université de Moscou. Cette Université, fondée en 1755 par Lomonosov, est l'une des plus anciennes de Russie et l'un des plus grands centres de recherche sur le plan mondial. Son bâtiment central, au pied duquel la scène a été installée, fut construit dans les années 50 sur ordre de Staline, dans le cadre du plan de reconstruction de la ville après la Seconde Guerre Mondiale. Ses architectes, Roudnev, Chernyshev, Abrosimov, Khrykov et Nasonov conçurent un bâtiment majestueux composé d'une tour principale de 36 étages atteignant 240 mètres de haut (l'une des plus grandes d'Europe à l'époque après notre Tour Eiffel) au sommet de laquelle fut placée une étoile russe de 9 mètres de haut, pesant 12 tonnes, et de 4 ailes immenses dont on dit qu'elles possèdent plus de 30 kilomètres de couloirs, chacune étant flanquée de deux petites tours. L'ensemble architectural dépasse ainsi les 400 mètres de longueur. Au pied de la grande tour, une immense allée de plus d'un kilomètre entourée d'arbres, ressemblant beaucoup au Champ de Mars, invite les étudiants à la détente. Cet ensemble conçu dans le pur style stalinien se dresse majestueusement sur le Mont des Moineaux, un groupe de hautes collines dominant Moscou et situé dans le sud-ouest de la ville. L'Université est visible du centre de Moscou, et de la plupart des autres quartiers. Bref, toute la ville peut profiter du spectacle le moment venu !

 Avant le spectacle

Deux jours après la conférence de presse à Moscou, Jean-Michel et les musiciens commençaient les répétitions dans la banlieue parisienne. Les musiciens étaient, bien sûr, ceux qui jouaient sur scène avec Jean-Michel durant la tournée Oxygène Tour : Francis Rimbert, Dominique Perrier, Laurent Faucheux, Dominique Mahut et Christophe Papendieck. Il s'agissait alors essentiellement pour eux de retrouver leurs marques après les deux mois d'arrêt de la tournée. Pendant ce temps, les équipes techniques s'occupaient de construire la scène sur place, de mettre en place les éclairages, les projecteurs, les poursuites, les feux d'artifice et une foule d'autres surprises... Les répétitions parisiennes se terminèrent quelques jours plus tard, et le 1er septembre, toute l'équipe des musiciens accompagnait Jean-Michel à Moscou pour commencer les répétitions finales « in situ », qui eurent lieu tous les soirs jusqu'au jour J (et déclenchèrent des concerts d'alarmes automobiles dans le périmètre du site tant les basses étaient fortes !) afin de régler les projections et les feux d'artifices.

Le jour J

Le grand jour arrive enfin pour les Moscovites et les nombreux fans, qui vont vivre un moment inoubliable. La foule s'amasse depuis le début de l'après-midi devant la scène. Celle-ci, gigantesque, est très similaire à celle utilisée au Concert pour la Tolérance et placée juste au pied de la tour principale de l'Université, devant de grandes colonnades. Cependant, cette scène possède un plafond ainsi qu'un mur de fond mobile constitué d'écrans. Il est facile d'apercevoir sur scène tout le matériel utilisé pendant la tournée Oxygène Tour, tant pour les synthétiseurs que pour les jeux de lumières et éclairages (les néons mobiles, les scanners programmables, etc).
Entre la scène et les crash-barriers pour le public, un vaste espace, où des sièges ont été installés, a été réservé pour les invités de la mairie de Moscou et les militaires de la capitale, qui seront ainsi aux premières loges. Le maire de Moscou attend en effet près de 5 000 invités, parmi lesquels tous les représentants des plus grands pays du monde.

Dans le parc, des équipes de sécurité patrouillent constamment (plus de 2700 hommes et maîtres-chiens), et l'on peut trouver de nombreux stands de boissons ou de nourriture, des barbecues. La mairie de Moscou a vraiment pensé à tout, même des toilettes mobiles ont été installées à intervalles réguliers sur tout le site !

Vers 15 heures, l'équipe technique teste une dernière fois le système de sonorisation, puis les dernières répétitions commencent. Enfin, on peut entendre En attendant Cousteau repris par toute la sonorisation, signe qu'il ne reste plus qu'à attendre patiemment le compte à rebours final.  Petit à petit, le jour commence à baisser, la foule à se masser et bientôt le maire de Moscou lui présente Jean Michel Jarre, le « compositeur du XXIème siécle ».

Pendant ce temps, tous les regards se dirigent vers le ciel : un immense vrombissement se fait entendre. Quatre Sukoï 27, les avions de chasse dernier cri de l'armée russe survolent le site en formation diamant. La sonorisation retransmet alors les ordres radio du leader de la formation, pendant que sur les écrans sont projetées des images de cette patrouille. Le maire demande d'acclamer les pilotes, et, enthousiaste, la foule accueille ce passage dans une grande clameur. Les chasseurs s'inclinent alors sur l'aile et entament un large virage afin de survoler une nouvelle fois le site de  l'Université. Le suspense est intense car personne ne sait vraiment comment le concert va débuter... Lorsque les avions se rapprochent, le maire lance le compte à rebours : « Cinq... Quatre... Trois ». La tension est à son comble, la foule est très excitée. « Deux... Un... Zéro !! ». Une grande clameur d'émerveillement vient accueillir le zéro du décompte : à ce moment précis, les avions ont largué des feux d'artifices à la verticale du site avant de se séparer en éclatant leur formation !

Cette ouverture grandiose est le signal pour Jean-Michel et ses musiciens : il est 20h40 et les premières notes de Rendez-Vous 2 s'élancent dans les airs, pendant que l'Université, le ciel et la scène s'illuminent et que les feux d'artifice redoublent d'intensité, sous les yeux ébahis de la foule. Sur scène, Jean-Michel et ses musiciens sont rejoints par un petit orchestre de cuivres. La façade de l'Université est utilisée comme écran géant et les projections, toutes plus belles les unes que les autres, s'y succèdent, entièrement synchronisées à la musique : on voit défiler des poupées russes, des icônes orthodoxes, des cosmonautes, des images des dirigeants russes du passé et du présent... La troisième partie du morceau est bien sûr jouée par Jean-Michel à la harpe laser, qui fonctionne à merveille et dont les faisceaux vont se perdre dans la nuit moscovite au dessus de la foule. A la fin du morceau, Jean-Michel prend un micro, s'avance et salue le public.

Ses paroles sont traduites simultanément par un interprète, et la foule, attentive, se tait et écoute. Jean-Michel, coiffé d'un béret noir orné d'une étoile, vêtu d'un pantalon de cuir noir et d'une veste imitation crocodile alors que tous les musiciens ont opté pour le costume noir, souhaite une bonne soirée au public et retourne à son ensemble de synthétiseurs pour le morceau suivant : Ethnicolor.
La complainte humano-synthétique qui surgit des haut-parleurs tranche avec l'ambiance symphonique du premier morceau, et l'atmosphère devient plus mystérieuse et feutrée. Le morceau est joué dans son intégralité, et là encore, l'orchestre de cuivres vient soutenir les voix synthétiques dans la seconde partie.

Jean-Michel ne laisse pas au public le temps de souffler : il enchaîne immédiatement sur Equinoxe 7. Durant ce morceau, une panne généralisée du système d'éclairage vient plonger le site dans le noir. Heureusement, la scène n'est pas affectée, et les feux d'artifices, parfaitement synchronisés à la musique, viennent soutenir le morceau. Apparemment, la foule ne comprends pas qu'il s'agit d'une panne, et ne prête pas attention au manque d'éclairage.

Heureusement, la panne est rapidement réparée par l'équipe technique et le public peut à nouveau bénéficier de fantastiques projections et de jeux de lumières époustouflants dès le morceau suivant, Chronologie 6. Viennent ensuite les très électriques Chants Magnétiques 1, après une nouvelle introduction. Puis c'est au tour d'Oxygène 11 d'enflammer le site. Le morceau a été modifié et le rythme est plus appuyé. Là, l'équipe d'X<>Pose s'en donne à coeur joie et fait des merveilles : sur les écrans de scène sont projetées des images où sont appliqués des effets en temps réel. Les images sont prises soit par des caméras externes, soit par la mini-caméra qui est incorporée aux lunettes de Jean-Michel, qu'on appelle désormais la « Jarre-Cam ». Ils sont quatre cette fois-ci à jouer avec les images comme un musicien joue avec des sons, pour offrir au public des images stupéfiantes.

C'est un véritable tour de force : les dernières modifications et programmations des effets ont été faites à Paris, puis envoyées à la dernière minute à Moscou grâce à l'Internet, pour que l'équipe puisse bénéficier d'effets encore plus spectaculaires. Après ce morceau erratique et rythmé, Jean-Michel, visiblement très ému, prend la parole : « Merci... Je voudrais maintenant dédier le prochain morceau à la princesse Diana. C'était une amie, elle était jeune, elle était belle, elle était généreuse, c'était aussi une princesse rebelle et elle va nous manquer... Je voudrais maintenant vous demander une minute de silence en sa mémoire... Merci ». Le moment est très émouvant, Jean-Michel semble très affecté par la disparition tragique de Lady Di, survenue quelques jours auparavant. Il l'avait rencontrée à l'occasion des concerts aux Docklands en 1988, et avait sympathisé avec elle. Le public a parfaitement ressenti cette tristesse et le silence qui règne sur le Mont des Moineaux après 45 minutes de déferlement sonore est impressionnant.

Jean-Michel se dirige alors vers son Mellotron et entame un morceau qui débute comme Oxygène 7, dernière partie, pour évoluer vers la mélodie lente et triste de Souvenir de Chine, rebaptisé « Souvenir » pour la circonstance. C'est un grand moment d'émotion sur scène, et des milliers de briquets s'allument dans la foule respectueuse.
Après ce moment d'émotion intense, Equinoxe 4 est là pour redonner un peu d'allégresse à tout le monde, et le spectacle repart dans la bonne humeur. C'est ensuite un autre moment fort qui attend les spectateurs, lorsque Jean-Michel leur demande d'applaudir les cosmonautes de la station MIR !

Une liaison en direct est établie avec la station spatiale (une bande préenregistrée avait été prévue au cas où la liaison n'aurait pas fonctionné), et les cosmonautes font un speech à la foule, en expliquant qu'ils reçoivent en direct la musique du concert, là-haut, à plus de 400 kilomètres d'altitude ! Ils ne sont cependant pas les seuls, puisque les Moscovites qui n'ont pas la chance de pouvoir assister au spectacle peuvent écouter sur une station FM locale une retransmission en direct de l'événement (qui ne dure malheureusement que la moitié du spectacle environ). La foule acclame alors les cosmonautes héroïques et accueille l'apparition du faisceau central de la harpe laser avec une grande clameur. La liaison s'achève et lorsque la harpe a fini de se déployer, Jean-Michel frappe les quatre notes d'ouverture d'Oxygène 7. Le morceau colle parfaitement à l'ambiance spatiale, et de nombreuses projections relatives à l'espace viennent soutenir le morceau. Malheureusement, la harpe laser ne fonctionne pas correctement cette fois-ci et à plusieurs reprises, la harpe reste muette lorsque Jean-Michel frappe un rayon. Ceci ne dure pas, et le morceau, réorchestré pour la circonstance, se termine correctement.

Jean-Michel vient ensuite présenter à la foule le Thérémin, l'un des tous premiers synthétiseurs, dont on joue en déplaçant les mains devant deux antennes. L'instrument est d'ailleurs d'origine russe ! Comme pour la tournée Oxygène Tour, Jean-Michel l'utilise pour Oxygène 10, pendant que des formules scientifiques sont projetées sur les écrans et l'Université. Puis vient le tour d'Oxygène 2, l'un des morceaux les plus représentatifs du premier Oxygène. Les Chants Magnétiques 2 lui succèdent, dans une version « classique » : la nouvelle version orientée techno jouée dans la première partie d'Oxygène Tour a été abandonnée. Des ballerines accompagnent Jean-Michel et ses musiciens sur scène. Ce morceau a un effet immédiat et la foule se déchaîne !

Le public n'est pas au bout de ses émotions puisque Jean-Michel enchaîne tout de suite avec la présentation d'un de ses synthétiseurs, le Clavia NordLead II. Cela semble anodin, mais dès que Jean-Michel fait retentir les quelques sons qu'il a programmé, la foule est parcourue d'un grand murmure : tout le monde a reconnu les sons et la mélodie d'Oxygène 4 ! Les spectateurs sont à nouveau déchaînés durant le morceau, d'autant plus que des projections d'images laser animées viennent s'ajouter aux images géantes, et l'on peut admirer des pingouins nonchalants qui se dandinent sur la façade de l'Université, allusion non déguisée à l'un des clips d'Oxygène 4. On est rentré dans la partie rythmée du concert, et Jean-Michel enchaîne avec Chronologie 4, un morceau désormais « classique » lui aussi. Là, c'est un véritable déferlement de feux d'artifice qui submerge la foule, et l'on ne sait plus où regarder pour ne pas en perdre une miette ! Lui succède le tube du dernier album, Oxygène 8, que beaucoup semblent bien connaître à Moscou ! Le public accueille très favorablement ce morceau qui est sans aucun doute amené lui aussi à devenir un grand classique.

Vient ensuite Oxygène 12, le morceau symbolisant le mieux le thème du concert : la route vers le XXIème siècle. Des chiffres géants s'inscrivent sur les façades, comptant les années de 1997 à 2017, pendant que les écrans scéniques diffusent le film noir et blanc déjà utilisé pour l'Oxygène Tour, où l'on voit la vie animale et végétale sous toute ses formes : la naissance, la vie, la chasse, la prédation, la mort...

Ce sont de magnifiques images et la foule semble captivée par ce film. Là encore, des feux d'artifices gigantesques viennent ponctuer la fin du morceau. C'est déjà l'heure du dernier morceau, et Jean-Michel ne pouvait pas choisir un autre titre que Révolutions pour le finale. Les écrans du fond de scène se lèvent tous, uniformément rouges (tout un symbole !) pendant que Jean-Michel empoigne son mégaphone pour scander les paroles du morceau, reprises en capitales géantes sur les façades de l'Université. Beaucoup de spectateurs dansent, et Jean-Michel se retrouve soudain entouré par deux marionnettes géantes, comme à la Défense. Les feux d'artifice sont, une fois de plus, spectaculaires et des fontaines romaines surgissent au devant de la scène.

Pour terminer le morceau, Jean-Michel improvise une fin dans le style de celle de l'Oxygène Tour, sur un Roland JP 8000 au son acide, pendant que la rythmique se fait de plus en plus frénétique et rapide ! Après ce finale, Jean-Michel présente les musiciens, et tous sortent de scène. La foule applaudit à tout rompre ; beaucoup croient que le concert est définitivement terminé et prennent déjà le chemin du retour. De grands mouvements de foule sont visibles dans la grande allée qui mène à l'Université.
Les personnes qui commençaient à partir se ravisent au son de Rendez-Vous 4, un autre morceau de Jean-Michel très connu ! Il a été modifié, une nouvelle rythmique vient soutenir la célèbre mélodie, et un choeur géant est présent sur scène pour accompagner

Jean-Michel (il s'agit des Choeurs de l'Armée Rouge) ! Des marionnettes gonflables géantes se dressent soudain dans la foule pendant que les faisceaux de la harpe laser balaient aléatoirement le ciel et que les feux d'artifice explosent un peu partout dans le ciel ! Le public est ravi et danse jusqu'à la fin du morceau que les choeurs terminent un peu à la manière de Houston.

Enfin, c'est vraiment l'heure de l'ultime morceau, et Jean-Michel semble triste lorsqu'il s'assoit devant son Eminent pour interpréter Oxygène 13. Il dédicace le morceau à la ville de Moscou et lance la rythmique. La mélodie est accompagnée par les Choeurs. A la fin du morceau, les artificiers brûlent leurs dernières cartouches, et le ciel s'embrase, pendant qu'une cascade de feu tombe des toits de l'Université. Des confettis sont lancés vers le public en face de la scène. C'est un bouquet final très spectaculaire qui clôture un concert tout aussi spectaculaire. Jean-Michel revient saluer le public, et déclare que ce premier concert en Russie restera gravé dans sa mémoire. Ça y est, cette fois, c'est terminé, Jean-Michel quitte la scène, les lumières s'éteignent et tout le monde commence à partir... Les forces de sécurité étant omniprésentes, il n'y a pas eu d'incident majeur lors du départ des spectateurs ; tout s'est bien passé, malgré les embouteillages et la fermeture des stations de métro proches du site.

Après le spectacle

De l'avis unanime des fans présents qui avaient déjà assisté à plusieurs concerts en extérieur, ce concert est le plus réussi et le plus impressionnant, notamment au niveau de la pyrotechnie, qui n'a jamais été aussi présente ! Les effets visuels étaient aussi spectaculaires, l'éclairage étant maintenant bien plus dynamique et diversifié qu'auparavant, et l'apport d'X<>pose est indiscutable ! Le public russe, lui, a beaucoup apprécié, et le concert était visible de tout Moscou. De plus, ce concert était un véritable challenge technique, mais Jean-Michel est réputé pour sa capacité à relever des défis impossibles ! Il a su s'entourer d'une équipe internationale compétente pour mener à bien ce fabuleux spectacle de près de deux heures quinze minutes, pour un budget estimé à 250 000 dollars. Le seul point litigieux semble être le nombre de spectateurs présents. Le chiffre annoncé (par Jean-Michel au public en cours de spectacle) de 3,5 millions, qui constituerait un nouveau record d'affluence est en effet sujet à controverse. On estime en effet qu'un million et demi, voire deux millions de personnes peuvent prendre place dans le parc.


Pour obtenir les 3,5 millions, il faudrait y ajouter les personnes présentes sur les collines environnantes ainsi que celles présentes sur la Place Rouge, où des écrans géants ont retransmis l'intégralité du concert. Mais peut-on alors parler véritablement de spectateurs ? Quoi qu'il en soit, il vaut mieux considérer le chiffre avancé comme une estimation généreuse. Mais ces discussions n'enlèvent en rien au spectacle ses qualités indéniables, et le souvenir impérissable qu'il laissera au public russe présent ce soir-là. Une fois de plus,

Jean-Michel a parfaitement su marier son oeuvre à l'histoire et l'architecture locale. Chaque morceau, éventuellement réorchestré pour pouvoir y incorporer une touche artistique locale, a réussi à évoquer une page de l'histoire de la ville ou du pays.

Jean-Michel a en effet une capacité incroyable à ressentir l'essence, l'atmosphère d'un lieu, pour se les approprier et les incorporer au mieux dans ses spectacles. Les innovations techniques ont été à la hauteur de l'événement, avec la spectaculaire démonstration des capacités du logiciel d'Arkaos notamment. Il ne reste qu'à espérer que Jean-Michel nous réservera encore un spectacle comparable dans les années à venir ; et qui sait, peut-être pour la Coupe du Monde, pour le nouvel an prochain à Rio ou encore à Cuba pour les 40 ans de la Révolution ?

Où voir ce concert ?

Les caméras ne manquaient pas ce soir-là, car la télévision russe et l'équipe du concert filmaient l'intégralité de l'événement. La télévision russe proposa même un direct d'une vingtaine de minutes sur la télévision nationale.

Elle a ensuite monté un film du spectacle qu'elle a diffusé quelques semaines plus tard après consultation de Jean-Michel. L'équipe du concert, sous la direction d'Aubrey Powell (grand réalisateur de films de concerts, mondialement reconnu, ayant travaillé pour Pink Floyd, Led Zeppelin, etc) a elle aussi tout enregistré et monté également le film officiel, disponible pour les télévisions du monde entier. Aubrey Powell a également dirigé dans le même temps la réalisation d'un film biographique qui est disponible avec le film du concert. A l'heure où cet article est bouclé, on ne sait toujours pas si une télévision française a acheté le film. On peut aussi peut-être espérer la sortie d'un CD live à Moscou, ou un CD live de la tournée, incluant des morceaux exclusivement joués à Moscou.

Damien Cohas
Remerciements : Rodolpho, Andreas, Bart, Sophie, Marc, Alexander
http://oxygenejmj.free.fr/fanclub/couvno1.gif
(extrait d'Oxygène n° 1, janvier 1998)